Humeur: pitié pour la langue française !

par Christian Hubert, administrateur APFJS

Ceci n’est pas un éditorial, mais un simple billet d’humeur. Il n’engage donc que… mon humeur !
On peut dire que 2019 aura été l’année de la femme. Partout, dans tous les domaines, on a cherché, souvent avec succès, à gommer les discriminations, à établir une vraie égalité. Le sport n’y a pas échappé et l’incroyable succès de la Coupe du Monde féminine qui a fait exploser les audiences de l’année sur TF1 en est la meilleure preuve. Et c’est très bien !
Faut-il, pour autant, verser dans l’excès linguistique, surtout lorsque celui-ci n’apporte aucune contribution, aucune amélioration au statut de la femme ? Comme je suis très attaché à la langue française, si, de surcroît, cette évolution massacre notre langue, c’est peu dire qu’elle me donne les boules, pour l’exprimer platement.
Je veux parler, notamment, du langage épicène et surtout de l’écriture inclusive. Personnellement, je n’ai pas encore rencontré beaucoup de femmes qui considèrent que l’écriture inclusive, proscrite par l’Académie française, apporte une quelconque pierre à la promotion de la femme. Pas vrai, cher·e·s lecteur·rice·s attentif.ve.s ? Le philosophe Raphael Enthoven parle d’une « agression de la langue par l’égalitarisme, héritage des Précieuses Ridicules ». Le célèbre historien Kevin Bossuet affirme que l’écriture inclusive « détruit la langue sans faire reculer le sexisme d’un iota ». Mais surtout, l’Académie française se dresse vent debout contre ce massacre: «La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture et de prononciation. » Le gouvernement français a d’ailleurs interdit son usage dans ses textes officiels. Ce qui est logique puisque l’avis de l’Académie Française (dont, soit dit en passant, une femme, Hélène Carrère d’Encausse, est secrétaire perpétuelle) fait officiellement foi dans les litiges concernant la langue. Dommage, en revanche, que l’AJP, notre Association des Journalistes Professionnels, l’utilise dans «Journalistes», son bulletin officiel, mais bon ! J’aimerais mieux que l’on épingle les innombrables « CentZeuros) que l’on entend régulièrement dans l’audiovisuel, souvent, hélas, de la bouche de confrères !
Oui, pourquoi chercher du sexisme là où il n’y en a pas ? Certains n’osent plus parler des droits de l’homme. C’est une méconnaissance de la langue. En effet, de nombreux noms ont un double sens. Par exemple, «louer» veut dire donner, mais aussi prendre en location. «Hôte» veut dire donner mais aussi recevoir l’hospitalité. Dans le dictionnaire de ‘l’Académie française, seule référence officielle, il est précisé textuellement ceci :
Homme : 1. Être humain de l’un ou l’autre sexe, désignant l’espèce humaine en général. 2. Être humain mâle considéré en fonction de son sexe, par opposition à la femme.
Les choses sont donc très claires. Et d’ailleurs, au frontispice du Panthéon, on peut lire «Aux grands hommes, la patrie reconnaissante. » En ce, évidemment comprises les femmes qui y reposent comme Marie Curie, Simone Veil ou Sophie Berthelot.
En revanche, la vénérable institution des immortels a tranché un sujet longtemps tabou, estimant qu’il n’existait aucun obstacle de principe à la féminisation des noms de métiers. Encore faut-il se mettre d’accord, et ce n’est pas évident. Un exemple : pour les femmes qui écrivent, le Larousse propose «auteure», le Robert «autrice» et l’Académie française «femme auteur». On n’est donc pas sorti de l’auberge. Devra-t-on se faire ausculter chez sa médecine ? Et quand j’irai trouver mon avocate, au lieu de l’appeler «maître», je devrai un jour l’appeler «maîtresse». Pourtant, je jure que nos relations ne dépassent pas le cadre strictement professionnel !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :